Séminaire DDS : Aspects ontologiques et épistémiques des sources et des ressources textuelles

Cette deuxième réunion organisée dans le cadre du projet DDS (Durability of Digital Storages financé par la MSH-Lorraine) est consacrée à la problématique philosophique et épistémologique de la préservation long-terme des textes et des autres artefacts symboliques tels que des codes sources de programmation. Le séminaire sera suivi par un apéritif. 

Pour la participation en distanciel, il faut s’inscrire en avance en utilisant ce lien

https://us02web.zoom.us/meeting/register/tZUtduuhrT8rHtyJx_-ECR–RGcqaIKkPJKd

puis, vous recevrez par mail un lien pour joindre la réunion.  

Quand : Le Mardi 11 juillet à partir de 14h

Où : MSH-Lorraine à Nancy (25 Rue Baron Louis, 54000 Nancy), Salle du Conseil

Programme :

14h – 14h10 Ouverture 

14h10 – 15h10 Baptiste Mélès (Archives Henri Poincaré)

Défis archivistiques et philologiques de la préservation des codes sources

15h10 – 15h30 Pause

15h30 – 16h30 Wioletta Miskiewicz (Archives Henri Poincaré & Archives Husserl)

La métaphysique des artefacts numériques

16h30 – 17h00 Pause

17h00 – 18h00  Andrei Rodin (Archives Henri Poincaré)

Réécriture des textes et le progrès scientifique

18h-19h Apéritif

Résumés

Wioletta Miskiewicz (CNRS,  Archives Henri Poincaré & Archives Husserl ENS)

Titre : La métaphysique des artefacts numériques

Contrairement au singulier « humanisme numérique », le terme pluriel : « humanités numériques », relève de l’analyse des implémentations concrètes des technologies d’information et de communication au sein des SHS. Avec le chat GPT, le challenge que les technologies numériques représentent pour les sciences a pris une nouvelle dimension. Nous allons réfléchir sur la possibilité d’articuler la différence du statut ontique d’un texte produit par homme et d’un texte produit par chat GPT à l’aide de la distinction entre les actions et les produits.

Baptiste Mélès (CNRS,  Archives Henri Poincaré)

Titre : Défis archivistiques et philologiques de la préservation des codes sources

Nous examinerons les types de problèmes que pose la préservation des codes sources de programmes. Si certains relèvent de l’archivistique et peuvent recevoir des solutions techniques satisfaisantes, d’autres relèvent de la philologie : ils tiennent à la problématique de la préservation du sens d’un texte écrit dans une langue qui se transforme.

Andrei Rodin (Archives Henri Poincaré)

Titre : Reécriture des textes et le progrès scientifique

La mode traditionnelle de transmission des savoirs, qui consiste en la préservation à travers des générations des textes fondateurs et de l’apprentissage continu de ces sources, est assez peu répondue dans l’histoire des mathématiques et des sciences de la nature. Chaque génération de savants tend à reproduire à nouveau tout l’ensemble des textes de base, qui représentent d’une manière moderne le corpus entier des savoirs scientifiques pour le moment historique donné.  Est-ce qu’une telle mode de développement des sciences nous permet de justifier la notion du progrès scientifique ? Au contraire de Thomas Kuhn, je propose une réponse positive à cette question en précisant le rôle épistémique de préservation long-terme des textes mathématiques et scientifiques.     

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search